En Forez, cinq manifestations dans la semaine
pour la libération du syndicaliste paysan
José Bové... libre depuis le 2 août...

Dénoncer une justice à deux vitesses, tolérance pour la grande délinquance "d'en haut" et ses protégés, dur pour la "France d'en bas" qui exige l'équité, tel était l'objet de cette manifestation aux portes de la Prison de la Talaudière, près de St-Etienne (quatre photos).


Interpeller les élus nationaux, tels Pascal Clément ou Nicolin, comme à Pommiers où Clément à renoncer à venir présider une manifestation culturelle, ou à Roanne où Nicolin, maire, n'a pu s'opposer à la présence de cette "France d'en bas", lors d'un Conseil Municipal.

A la Bastie d'Urfé, monument historique, se réunissaient les Conseillers Généraux pour un repas festif.
Les convives et leur président n'ont pu échapper à un face à face avec les militants de la Confédération paysanne et d'autres associations.

Ci-dessous :

Lettre de la Confédération paysanne,
sy
ndicat pour
une agriculture paysanne et la défense de ses travailleurs,
remise aux Conseillers Généraux du département de la Loire

Feurs, le 27 juin 2003
Madame, Monsieur,
José Bové est emprisonné depuis dimanche 22 juin. II est inadmissible qu'un leader syndical soit emprisonné pour des faits syndicaux et condamné à une peine aussi lourde. La France, pays des droits de l'homme, est le seul pays où des opposants aux OGM sont condamnés à de la prison ferme.
Nous dénonçons les moyens mis en oeuvre pour l'incarcération de José Bové. Nous demandons au Conseil Général de se prononcer pour la grâce présidentielle en votant une motion qui sera adressée au Président de 'la République.
Etant convaincus que vous comprendrez notre indignation devant cet état de fait choquant, nous vous prions d'agréer, Madame Monsieur, nos respectueuses salutations.
Le Secrétaire Général : André Rey

Samedi 2 août, à une semaine de "Larzac 2003", José BOVE est libre, libre notamment de participer activement aux derniers préparatifs de ce grand rassemblement dont il était l'initiateur. Malgré l'opposition du procureur de la République, la juge d'application des peines l'a autorisé à travailler auprès de l'Association pour l'aménagement du Larzac. Le procureur a finalement renoncé à faire appel de cette décision.
Forum social
en Roannais
Site
d'ATTAC
Manifs
Retraites
Larzac
2003
G8 illégitime
Annemasse
haut
de page