Lycée de Boën : une inauguration contestée...
derrière les photos encadrées, découvrez une autre photo

Premiers arrivants devant le mur de cartons
photographié ci-contre par "Le Progrès" (07/06/03)
Quelques-unes
des inscriptions
sur le mur
de cartons,
où se manifestent
à la fois
le sérieux
et l'humour.

et aussi une info :
"Lycée et Collège de l'Astrée en grève"
A gauche, quelques rappels
"...
Vous avez aimé
la gestion
de Noir,
Vous avez aimé
l'honnêteté
de Carignon,
Vous regrettez
Millon
et ses amis,
Vous allez
adorer..."

Les quelque 200 manifestants, dont certains du Canton,
se regroupent devant le portail d'entrée du Lycée
.

A ceux qui pensent que faire grève
c'est prendre en otage…

1936
Quand mes grands-parents aux côtés des enseignants étaient en grève, mes parents, des enfants alors, ont " été pris en otage " : pensez aux nombreuses heures de classes qu'ils ont ratées !
Mais, au fait, ils ont gagné des trucs ! Par exemple, congés payés, semaine de 40 heures, conventions collectives, 7 à 15 % d'augmentations salariales.
Même la scolarité obligatoire a été rallongée : les otages en ont bénéficié… Et le nombre de reçus aux examens n'en a même pas été affecté, bien au contraire !
Rappel : Accords de Matignon
12 mai 36 au Havre : grève spontanée
14 mai 36 : Paris
7 juin 36 : accords de Matignon

1968
Quand mes parents aux côtés des enseignants étaient en grève, j'ai été " prise en otage " ! C'est l'année où mon grand frère a été reçu au bac comme tant d'autres, et où mes parents ont eu leur première véritable augmentation de salaire…(et aussi droit à la formation professionnelle des jeunes, amélioration de la condition des femmes travailleuses…)
Rappel : Accords de Grenelle
13 mai : manifestations : 250 000 personnes à Paris
18 mai : 2 millions de grévistes
20 mai : 6 millions de grévistes
24 mai : 10 millions de grévistes

2003
En mai, je veux qu'on prenne mes enfants en otages !
Ils ont tellement à gagner…
et surtout tellement à ne pas perdre :
services publics, emplois, retraites …

Sonia, mère d'élèves



Les manifestants,
avec leurs syndicats
UNSA, FSU,
CGT, FO et SUD
(et aussi des adhérents
d'ATTAC,
de la CFDT... )
interdisent
l'accès du lycée
aux vice-présidents
de la Région et
du Département
(Pascal Clément
a préféré
s'abstenir).

Sénateur, Conseillers régionaux, départementaux
et Maires repartiront sans inaugurer.
Les petits-fours s'en sortent sains et saufs...


On parlemente entre élus et manifestants ;
ces derniers rappellent qu'ils attendent
que le Gouvernement accepte la négociation.
Haut
de
page
Manifs
en
Roannais
Le
G8 illégitime
Roannais à
Paris